Présenté par
  • Qui sont nos ancêtres ?

    Qui sont nos ancêtres ?

    30/05/2011

    En 2010, la France a passé la barre des 65 millions d'habitants ! Nous sommes donc de plus en plus nombreux à vivre dans ce pays. Mais alors qui sont nos ancêtres ? Vikings? Gaulois ? Vous allez voir que nous sommes issus d'un grand brassage de populations.

    C'est dans la Somme que démarre notre voyage dans le temps. En l'an 500 avant Jésus-Christ, 15 millions de Gaulois vivaient dans la région. A l'époque, la Gaule s'étend du Rhin aux Pyrénées et ceux qu'on appelle nos ancêtres sont en fait des Belges au Nord, des Celtes au centre et des Aquitains actuellement appelés les Basques au Sud.
    Le deuxième indice de nos liens de parentés avec les Gaulois c'est le fort caractère.
    Ils n'hésitaient pas à déclarer la guerre à ses voisins et se battaient farouchement. Ce que les squelettes, étudiés par des scientifiques, révèlent aussi que nous avons des ressemblances physiques avec les Gaulois.
    En effet, leur taille moyenne était d'1m 73 et pouvait varier d'1m 64 à 1m 83, soit la moyenne des hommes de notre époque, ce qui n'était pas le cas d'autres civilisations comme les Romains.

    Intéressons nous maintenant à d'autres ancêtres probables des français : les barbares.

    Parmi les barbares, on compte les Francs qui s'installent en Belgique, les Burgondes dans la vallée du Rhône, les Goths en Aquitaine et les Allain en Indre et Loire.
    Cette fois, c'est la science des noms de lieux qui atteste de la présence des barbares dans notre arbre généalogique. Par exemple, dans le mot bourgogne, on retrouve bien le nom des Burgondes, ces barbares qui s'installèrent dans la vallée du Rhône. Et en Beauce, les communes comme Allaines ou Allainville sont liées à l'invasion des Allains.

    Troisième ancêtre possible, les vikings.
    Installés en Normandie, dès le 8ème siècle, ils vont épouser des françaises donnant ainsi naissance à la première génération de blonds aux yeux bleus, preuve que leur sang coule dans les veines de certains d'entre nous.

    Pendant mille ans, les français se sédentarisent et ne rencontrent plus d'envahisseurs.
    Ils se mélangent peu et la génétique des populations stagne. Entre 1850 et 1900, nos origines se diversifient à nouveau avec le départ des habitants des campagnes pour les villes facilitées par les nouveaux moyens de transports. Les Français y trouvent du travail et aussi souvent un conjoint venu d'autres horizons.
    A cette époque, la France commence également à recruter de la main d'œuvre dans les pays voisins. En 1931, les nouveaux immigrants forment 7% de la population de l'hexagone et les premiers franco-belges et franco-italiens voient le jour.
    Mais aussi, des russes, des espagnols, des portugais… arrivent ensuite des tunisiens, des algériens des marocains et des habitants d'Afrique noire et d'Asie du Sud-Est.
    En conclusion, même si le fond d'héritage des français émane bien des gaulois, nous sommes surtout le fruit d'un grand brassage qui ne connaît pas de frontières et qui n'est pas prêt de s'arrêter.


    Réagissez

    _
     
     
    Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte m6.fr ou Facebook Connect